Sous la navigation "Ergothérapie"

L’ergothérapie avec les enfants et les jeunes

L’ergothérapie place la capacité d’action de l’individu au cœur de ses préoccupations. Elle contribue à améliorer la santé et la qualité de vie. Elle rend les gens capables de participer aux activités de la vie courante et à la vie sociale.

Que font les ergothérapeutes ?
Les ergothérapeutes aident les enfants et les jeunes qui sont limités dans leur capacité d’action en raison d’un trouble sensoriel, moteur, cognitif ou/psychique congénital, du développement ou acquis avec les mesures suivantes:

  • rendre possibles et entraîner des aptitudes adaptées à l’âge telles que s’habiller, manger, faire du vélo, écrire, jouer, etc. ;
  • stimuler l’enregistrement et le traitement d’informations sensorielles (toucher, propre perception de son corps, équilibre) ;
  • assurer la stimulation fonctionnelle et basée sur l’activité de la motricité fine et globale ;
  • transmettre des stratégies s’appuyant sur l’action telles que l’attention ciblée, la planification et le contrôle ;
  • promouvoir les compétences sociales et émotionnelles ;
  • exercer les capacités visuelles, auditives, spatiales et liées à la mémoire en tant que conditions de la capacité d’action;
  • conseiller au sujet des moyens auxiliaires et les adapter ; fabriquer des attelles ;
  • conseiller les parents et l’entourage ; veiller à la prévention.

Quelle est l’utilité de l’ergothérapie ?
Les enfants et les jeunes se trouvent dans une phase de développement intense. Les atteintes physiques ou psychiques peuvent les restreindre dans la planification et la mise en œuvre des activités courantes, et donc dans le développement de leur autonomie, ce qui entraîne souvent une souffrance.
Au début d’une thérapie, les ergothérapeutes procèdent à une évaluation détaillée, qui permet un traitement adapté aux besoins individuels. Ils/elles définissent les objectifs thérapeutiques d’entente avec l’enfant et ses parents. Par l’acquisition de nouvelles aptitudes ou par la compensation, l’enfant peut augmenter sa capacité d’action et renforcer son estime de soi. L’objectif principal de la thérapie est de permettre à l’enfant d’être actif judicieusement dans son environnement.

Une bonne collaboration avec les parents, les médecins traitants, l’école, les institutions sociales, les assurances et les autres thérapeutes contribue dans une mesure déterminante au succès de la thérapie.

La brochure « Améliorer la capacité d’action - l’ergothérapie avec les enfants et les jeunes » peut être commandé dans notre shop.


L’ergothérapie pour enfants avec diagnostic F82 ICD-10
Pour les prescriptions d’ergothérapie pour les enfants souffrant des troubles du développement moteur, on a créé, dans des conférences de consensus, une démarche spécifique pour la demande de prise en charge de coûts et une fiche signalétique. La fiche signalétique sert à définir le caractère de maladie du trouble ; il doit être rempli par le médecin prescripteur. Le caractère de maladie du trouble du développement moteur est est validé si les points suivants sont remplis de façon cumulative (voir rapport final des conférences de consensus 2003) :

  • s’il s’agit du diagnostic F 82 conformément aux critères CIM - 10 et si celui-ci est documenté par la fiche signalétique.
  • si on est en présence de troubles indéniables dans les domaines B et C, B et D ou B, C et D. Une importance primordiale est accordée au domaine B. Des troubles dans les domaines A et E précisent le caractère pathologique. En revanche, le total du résultat de la fiche signalétique n’est pas d’une importance cruciale déterminant par elle-même le caractère pathologique.
  • l’enfant souffre de ces perturbations.

Cet accord a été confirmé à une nouvelle conférences des partenaires du consensus en 2011 et est toujours valable. Pendant cette réunion, on a aussi discuté des "Lignes directrices interdisciplinaires germano-suisses concernant la définition, la description du diagnostic, le bilan et l’intervention en cas de trouble d’acquisition de la coordination" (lignes directrices UEMF). On a décidé d'introduire et de mettre en pratique ces lignes directrices et que en 2013, un nouvelle conférence de consensus sera convoquée dans le but d’examiner comment les lignes directrices UEMF pour les enfants atteints de trouble d’acquisition de la coordination ont fait leurs preuves dans la pratique, d’une part, et d’autre part d’actualiser la fiche signalétique. Ci-contre, vous trouvez un rapport de cette conférence.

L’application des résultats est observée par une commission paritaire d’accompagnement. Les ergothérapeutes peuvent adresser leurs questions à la représentante de l’ASE :
Madame Marianne Freudiger, Association Suisse des Ergothérapeutes ASE, Altenbergstrasse 29, Postfach 686,
3000 Bern 8, judith.marti@ergotherapie.ch

Ci-bas, vous trouvez un rapport sur le travail de la commission paritaire d’accompagnement et un exemple d’une lettre informative pour les médecins prescripteurs.